Comment analyser ses rêves?




Quatrième étape
vers l'interprétation
des rêves.





    En récapitulant l’ensemble des éléments que nous avons recueillis pour envisager l’interprétation des rêves, (nous avons pu retenir un certain nombre d’informations :

    1 – Tout d’abord l’hypothèse de l’existence d’un langage qui aurait été universel, antérieur au langage verbal, a attiré notre attention : ce langage serait celui des émotions [cf : le langage universel], génératrices des images et des situations qui surgissent lors du sommeil paradoxal.

Ziggourat de Nabû.
Ziggourat de Nabû à Borsippa.

    2 – Observer la physiologie du cerveau au cours du sommeil nous a ensuite permis de saisir que le sommeil paradoxal et les rêves surviennent lors d’un abaissement de la température cérébrale [cf : 05-Hypothèses]. Les images qui surviennent lors du rêve traduiraient-elles la résurgence d’un fonctionnement ancien, propre aux animaux dits « à sang-froid » ?

Crocodile.
    3 – Les interprétations des rêves, très différentes au cours du temps, montrent qu’elles sont faussées par la culture du groupe. Laquelle serait la plus valable ? [cf : Le rêve au cours des âges]

Attrape rêves.
Attrape rêves Indien d'Amérique.

    4 – L’étude du développement de la conscience nous a alors amené à caractériser deux fonctionnements distincts au sein du cerveau : un fonctionnement conscient et un fonctionnement inconscient. - Le premier est soumis à l’influence collective. - Le deuxième, qui nous échappe, possède des caractéristiques intéressantes : son fonctionnement s’appuie sur la réalité et, pour la comprendre, il ne la juge pas [cf : l’inconscient]. Analyser les événements qui surviennent au cours des rêves, sans les juger, serait-il le moyen de les comprendre ?

    Il existerait donc, en nous, un mécanisme ancestral basé sur la réalité que « l’Homo sapiens » adulte se montre incapable de comprendre.
Revenir au mode de pensée de l’enfant pourrait il alors nous être utile ?
Que savons-nous aujourd’hui de son fonctionnement ? ?
- Tout d’abord, la pensée de l’enfant s’appuie elle aussi sur la réalité. [cf : 04-pensees]

Le passe-muraille à Montmartre.
Le passe-muraille, place Marcel Aymé (Montmartre)

    Pourtant, comme l’adulte, l’enfant ne comprend pas ses rêves, quels qu’ils soient.
Pour y parvenir, celui qui cherche à déchiffrer ses rêves devrait-il lier son savoir et son expérience d’adulte au mode de pensée de l’enfant ?
- Ensuite, nous avons découvert que l’enfant possède des compétences morales. C’est donc ce sens moral que nous allons aborder.
Le rêve pourrait en effet être compris grâce à ce nouvel élément : considérer les situations du rêve avec bienveillance, sans a priori et sans intérêt personnel et, pour cela, s’appuyer sur ce qui est ressenti en le rattachant à la seule réalité des faits.

    Dans le domaine des rêves, le sens moral revêt une double importance.
Tout d’abord, les événements qui se déroulent au cours du sommeil paradoxal concernent avant tout le rêveur car ils se construisent à partir de son propre fonctionnement cérébral, c’est-à-dire à partir des interactions qu’il entretient avec le monde extérieur ainsi que des caractéristiques psychologiques de son développement.

Chute à bicyclette.
Un événement passé...

Rêve d'enterrement.
...peut influencer les rêves à venir.

    De plus, ce sens moral va concerner celui qui se présente comme « interprète » des rêves.


    Interpréter les rêves avec justesse est-il possible si l’on ne possède pas le sens moral ? A une époque où, plus que jamais, l’intérêt personnel domine sur l’écoute et le respect d’autrui, nous pouvons en douter.
Nous pouvons cependant espérer qu’en étudiant le sens moral de l’enfant, nous découvrirons ce que devrait être le sens moral de l’adulte, et de quelle façon il a été perdu.

01 - Le sens moral inné de l'enfant : (suite)