Emotions

et langage universel.



https://www.sommeil-paradoxal.com





1 – Evolution du langage selon les mythes :

Ziggurat :
Terme akkadien désignant un édifice religieux à degrés de la mésopotamie.

Nabuchodonosor II : (604-561 av. J.-C.)
Roi de Babylone, son nom signifie en akkadien : « Ô Nabû, protège mon fils aîné ! », Nabû étant la divinité babylonienne de la sagesse, fils du dieu Marduk.
Il régna sur un vaste empire après la disparition de l’empire assyrien.

Lorsqu'il devient roi, Nabuchodonosor II ne manque ni d'expérience ni d'ambition.
Lorsqu’il retourne au Levant pour recevoir le tribut des souverains de la région, celui de Juda, Joakim, refuse de payer. Sa capitale, Jérusalem, est alors assiégée, puis prise en 597. Joakim y perd la vie, et son fils Joachin ainsi que les autres notables et lettrés du royaume sont déportés à Babylone.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nabuchodonosor_II

Marduk :
Dieu agraire d'importance secondaire à l'origine, Marduk finira par supplanter Enlil comme dieu suprême du panthéon babylonien. Il acquiert toute son importance sous le règne de Nabuchodonosor Ier, souverain de Babylone de 1125 environ à 1104 av. J.-C. On lui associe le dragon, la planète Jupiter et le nombre 50.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Marduk

Etemenanki : nom sumérien d’une tour construite à Babylone en l’honneur du dieu Marduk, et dont on pense qu’elle a inspiré le mythe de la tour de Babel.

Malédiction : On notera que l’Etemenanki n’est pas un symbole de l’orgueil des hommes, mais celui d’allégeance au dieu protecteur Marduk.
Le mythe de Babel marque, quant à lui, l’apparition du nouveau dieu des hébreux, un dieu puissant qui punit ceux qui lui manquent de respect.

Loi de Coulomb: La loi de Coulomb exprime, en électrostatique, la force de l'interaction électrique entre deux particules chargées électriquement.
En d’autres termes, il s’agit de la manière dont deux particules « communiquent » et interagissent entre elles. [NdA : l’univers nous parvient par l’intermédiaire d’ondes diverses qui, traduites par le langage mathématique, nous « informent » de son état].

Les sentiments chez la daurade :
Les insectes souffrent-ils ?
Difficile d’apporter une réponse alors que l’on constate qu’un individu blessé peut poursuivre une activité normale. Par exemple, un criquet qui se fait dévorer par une mante religieuse continue de manger.
Science & Vie Questions-Réponses n°29

Aujourd’hui, après des siècles de déni, la sensibilité animale est devenue un domaine de recherche très actif. Jusqu’ici, on n’avait prouvé son existence que chez certains mammifères (dont les chiens) et chez les primates…
Or voilà que des chercheurs de l’Institut universitaire de Lisbonne, au Portugal, viennent d’étendre la faculté d’éprouver des sentiments aux poissons, plus précisément aux daurades.
Pour cela, ils ont puisé dans un ensemble de signaux biologiques dont on sait par des études antérieures qu’ils reflètent un état émotionnel.

Ils ont alors vérifié que le mécanisme cérébral et physiologique de ces poissons ressemble très fortement à celui des espèces « à sentiments prouvés ».
Un résultat qui, s’il se confirme, indiquerait que cette faculté est apparue très tôt dans l’évolution chez des ancêtres communs aux poissons et aux mammifères, voici quelque 375 millions d’années…
Science & Vie Questions-Réponses n°36

Mone de Campbell :
Des singes cercopithèques, les mones de Campbell, combinent différents cris pour communiquer avec leurs semblables. Même si elle est embryonnaire, cette étonnante syntaxe est la plus complexe qui ait été découverte chez les animaux.
Au sein de ces groupes, le plus bavard est le mâle chef de meute, qui possède un répertoire de cris différents des cris des femelles. Ces mâles utilisent six cris d'alarme, Boom, Krak, Hok, Hok-oo, Krak-oo et Wak-oo,
Les « mots » de base du mone de Campbell sont :
Boom : « il n'y a pas de prédateur » ;
Hok : « attention, aigle » ;
Krak : « attention, léopard ».

S'ils ajoutent un suffixe -oo, leur signification change :
Hok-oo : « il y a quelque chose en haut dans le voisinage» ;
Krak-oo : « attention danger ! » ;
Wak-oo : « il y a quelque chose en haut mais pas dans le voisinage».

Ensuite s’ils combinent ces cris en unités syntaxiques, elles-mêmes combinées en phrases, ou propositions, ils peuvent alors signifier : Krak Hok-oo, soit « attention, il y a un léopard en haut dans le voisinage ». Une fois le danger passé, ils concluront d'un Krak Boom-Boom : « le léopard s'éloigne ».
https://lejournal.cnrs.fr/articles/culture-et-communication-chez-les-singes

Les migrations humaines :
Le plus vieil homme moderne connu à ce jour a été exhumé en 2017 à Djebel Irhoub, au Maroc. On estime son âge à 300 000 ans.
Tous les non-Africains actuels descendent de quelques milliers d’individus qui ont quitté l’Afrique il y a probablement 60 000 ans. Ceux-ci étaient très proches de groupes vivant de nos jours en Afrique de l’Est, dont les Hadza de Tanzanie.

Quelque part au cours de leur périple, peut-être au Moyen-Orient, ces Homo sapiens voyageurs ont eu des rapports sexuels avec une autre espèce, les néandertaliens. Puis, plus à l’est, ils se sont mêlés aux dénisoviens, une autre espèce éteinte du genre Homo.
À mesure de leurs déplacements, les hommes modernes ont formé de nouveaux groupes isolés des autres. Au fil du temps, chaque groupe a acquis un ensemble de mutations génétiques qui lui sont propres.
C’est ainsi que les populations vivant sur les hauts plateaux d’Éthiopie, du Tibet et de l’Altiplano andin ont bénéficié d’une mutation leur permettant de supporter le manque d’oxygène à haute altitude. D’autres mutations ont aidé les Inuits à s’adapter à un nouveau régime alimentaire d’origine marine, riche en acides gras.
La mutation concernant la couleur de la peau s’est propagée, quant à elle, assez tardivement en Europe, il y a environ 8 000 ans, via des populations venues du Moyen-Orient.
https://www.nationalgeographic.fr/sciences/la-grande-migration-de-lhomo-sapiens

Matériaux de construction : L'argile, les roseaux et le goudron étaient principalement utilisés pour la construction des ziggourats. L'argile était moulée pour obtenir des briques et le goudron servait de mortier. Ces tours étaient pleines, c'est-à-dire sans espaces vides intérieurs.
Le choix de la brique de terre argileuse repose sur des considérations pratiques et économiques ; la zone marécageuse de Babylone offrait une quantité très importante de terre argileuse, facile à travailler. Cependant, la terre crue est un matériau friable et peu résistant. Les Mésopotamiens y auraient remédié en optant pour une pyramide à degrés, plus haute mais moins massive.
Pour lutter contre l'érosion, la ziggourat comportait un parement de briques de terre cuite, plus résistantes. Les briques vernissées complétaient le haut du bâtiment et jouaient le double rôle de protection et de décoration.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Etemenanki

Briques : D'abord modelée, la brique apparaît entre le huitième et le septième millénaire av. J.-C., dans la région du Tigre et de l'Euphrate. Les premières maisons en brique ont été découvertes en Mésopotamie.
La brique crue est simplement moulée, puis séchée au soleil pour la rendre plus résistante. Elle permet de monter des habitations ou des monuments comme la pyramide d'Amenemhat III, mais reste fragile et résiste mal aux intempéries.
Son utilisation se généralise au quatrième millénaire, avec l'invention et l'emploi du moule à briques aux dimensions normalisées, donnant naissance aux premières cités urbaines.
La cuisson de la brique est expérimentée en 2500 av. J.-C., en Mésopotamie et dans la vallée de l'Indus. La cuisson permet de réaliser des constructions plus imposantes. La brique de terre cuite constitue la première pierre artificielle, longtemps avant le béton de ciment.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Brique_(mat%C3%A9riau)

Cité Etat : Le terme de cité-État est appliqué aux micro-États se partageant la Basse Mésopotamie à la période des dynasties archaïques (2900-2340 av. J.-C.), peut-être déjà en place à la période précédente, la période d'Uruk (4100-2900 av. J.-C.). Elles sont dirigées par un roi, sont délimitées par des remparts et chacune a ses propres institutions politiques et religieuses.
Les principales cités-États sont Ur, située sur l'Euphrate, Uruk, Lagash, Kish et Umma. Elles sont intégrées par Sargon, roi de Sumer et d'Akkad, dans le premier empire historique, autour de 2340 av. J.-C.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cit%C3%A9-%C3%89tat

Genese 1 : Dieu nomme ses créations matérielles. Bible Louis Segond (1910)
1 - Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.

2 - La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.

3 - Dieu dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut.

4 - Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.

5 - Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour.

6 Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux.

7 Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Et cela fut ainsi.

8 Dieu appela l'étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour.

9 Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi.

10 Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon.
Dans ce texte, Dieu crée et nomme, mais il est seul et ne communique pas.


Genese 2 : L’homme nomme les êtres vivants. Bible Louis Segond (1910)
19 - L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme.

20 - Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui.
En nommant les animaux, l’homme développe le langage qui lui permettra de communiquer avec ses semblables.
https://www.bible.com/fr/bible/93/GEN.2.lsg


Origine du nom Adam : La première tentative d’explication de la création de l’homme se trouve dans une œuvre mésopotamienne, le Poème d’Atrahasis (vers 1700 av. J.-C.) : l’homme y est fabriqué par Ea (Enki), à base d’argile et du sang d’un dieu mineur sacrifié.
Dans l’Épopée de Gilgamesh, on trouve l’expression « redevenir argile », qui signifie mourir.
Dans la mythologie égyptienne, c’est le dieu-potier Khnoum qui façonne sur son tour les hommes avec de la glaise.
Cette origine de l’homme à partir d’argile va se retrouver dans tous les textes ultérieurs.

Le nom générique adam (« humanité ») se retrouve dans plusieurs langues sémitiques. Ainsi, des tablettes d'Ougarit révèlent qu'en langue ougaritique, l'humanité se dit « adm » qui donne en hébreu « Adam », le premier homme.
Le récit de la Genèse l'a rapproché du mot adamah, « terre ».
https://www.universalis.fr/encyclopedie/adam/
https://fr.wikipedia.org/wiki/Adam

Projection : CNTRL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales) : En psychologie, manière personnelle de voir le monde extérieur au travers de ses habitudes de vie, de pensée, de ses intérêts (d'apr. Méd. Psychanal. 1971).]

Communication universelle : CNTRL : Qui s'étend à l'univers entier, qui embrasse la totalité des êtres et des choses.

La femme adultère :
1 - Jésus se rendit au mont des Oliviers.

2 - Mais dès le matin il revint dans le temple et tout le peuple s'approcha de lui. Il s'assit et se mit à les enseigner.

3 - Alors les spécialistes de la loi et les pharisiens amenèrent une femme surprise en train de commettre un adultère. Ils la placèrent au milieu de la foule

4 - et dirent à Jésus: « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d'adultère.

5 - Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes. Et toi, que dis-tu ? »

6 - Ils disaient cela pour lui tendre un piège, afin de pouvoir l'accuser.

Mais Jésus se baissa et se mit à écrire avec le doigt sur le sol.

7 - Comme ils continuaient à l'interroger, il se redressa et leur dit: « Que celui d'entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. »

8 - Puis il se baissa de nouveau et se remit à écrire sur le sol.

9 - Quand ils entendirent cela, accusés par leur conscience ils se retirèrent un à un, à commencer par les plus âgés et jusqu'aux derniers ; Jésus resta seul avec la femme qui était là au milieu.

10 - Alors il se redressa et, ne voyant plus qu'elle, il lui dit: « Femme, où sont ceux qui t'accusaient ? Personne ne t'a donc condamnée ? »

11 - Elle répondit: « Personne, Seigneur. » Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas; vas-y et désormais ne pèche plus. »


Le Coran et l'enfant :
Ne touchez point aux biens de l'orphelin, à moins que ce ne soit d'une manière louable pour les faire accroître, jusqu'à ce qu'il ait l'âge fixé. Remplissez vos engagements, car les engagements, on en demandera compte.
[ Sourate 17 - Verset 34 ]
De nombreuses sourates sont consacrées à l’héritage, l’éducation, la protection qui lui sont accordés. Même si ces textes semblent injustes, en particulier pour la fille, il ne faut pas oublier qu’ils se situent à une époque ou l’enfant et la femme n’avaient aucun droit.
Ces nouvelles règles instituées par Muhammad constituaient donc une avancée exceptionnelle. Il semble bien qu’ensuite les pouvoirs politiques en place aient figé l’évolution au point que, 2500 ans plus tard, si le garçon a continué à bénéficier des privilèges de l’homme adulte, la fillette devenue femme est le plus souvent demeurée l’esclave de l’autorité masculine.

Le message des prophètes :
Evangiles Jean 15:12 : « C’est ici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. »

Coran (Sourate 48-verset 5) : « Si Dieu l’avait voulu, il aurait fait de vous une seule communauté. Mais il a voulu vous éprouver par le don qu’il vous a fait. Cherchez à vous surpasser les uns et les autres par les bonnes actions. Votre retour à tous se fera vers Dieu, il vous éclairera au sujet de vos différends ».
Adaptation à l'altitude :
L’adaptation à la haute altitude chez l'homme est une adaptation de populations humaines, spécialement les Tibétains, certains habitants des Andes et des hauts plateaux éthiopiens, qui ont acquis une capacité unique à survivre à de très hautes altitudes.

Par rapport aux populations vivant à plus basse altitude, celles vivant en haute montagne ont subi d'importants changements physiologiques et génétiques, en particulier des systèmes de régulation de la respiration et de la circulation sanguine.

De façon remarquable, les Tibétains, qui ont vécu à haute altitude depuis seulement 3 000 ans, ne présentent pas de concentrations élevées d'hémoglobine pour faire face à la moindre disponibilité de l'oxygène comme observé dans d'autres populations installées temporairement ou récemment à des altitudes élevées. Au lieu de cela, ils inhalent plus d'air à chaque respiration et respirent plus rapidement que les populations de plaine ou des Andes. Les Tibétains ont une meilleure oxygénation dès la naissance, et une plus grande capacité pulmonaire totale tout au long de leur vie.
En 2010, pour la première fois, les gènes responsables des caractères adaptatifs ont été identifiés avec le séquençage du génome de 50 Tibétains et de 40 Chinois Han de Pékin.

Comme lesTibétains, les Andins, qui ont vécu à haute altitude depuis plus de 11 000 ans, n'affichent pas un taux d'hémoglobine remarquable. Cependant, ils ont augmenté le niveau d'oxygène dans leur hémoglobine, c'est-à-dire que leur sang transporte plus d'oxygène par unité de volume sans nécessiter d'accélération du rythme respiratoire.
Parmi les Quechuas de l'altiplano, il existe une mutation importante de NOS3, le gène codant la synthase endothéliale de l'oxyde nitrique (eNOS), qui est associé à des niveaux plus élevés d'oxyde nitrique en haute altitude.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Adaptation_humaine_%C3%A0_la_haute_altitude#
























Evolution du langage selon la science